La fin de l’Australie, la fin du pédalage

Et voila le dernier article. Enfin, le dernier avant longtemps. Le dernier article qui parle de vélo, de pédalage, de mal au cul, de crevaisons et tout et tout. Parce qu’on a bien vu que vous n’aimiez pas être laissés en plan, voici pour vous chers lecteurs : la fin du bush!

On vous a abandonnés à Ravenshoe où on se faisait rincer en continu. Au bout de 3 jours on décide que quitte à être mouillés, autant continuer à avancer. En une petite journée on arrive à Atherton, au milieux des tablelands du même nom. Atherton, c’est une ville qui sert à rien. Là, pas de surprise, il pleut encore. On s’offre un camping hors de prix. Le terrain est en pente, les douches brûlantes et une laverie payante pour se débarrasser de l’odeur de moisi qui nous colle à la peau. Une étape assez pourrie donc. Pour se remonter le moral, on décide d’aller voir le lac Tinaroo où il y a des campings de parc régional, qui d’expérience sont assez facilement gratuits. En arrivant sur place, effectivement il y a 4 campings dont deux fermés pour aucune raison apparente sinon de nous réserver une place à l’abri des hordes de caravaneurs venus faire un week end boum boum. On installe notre camp discretos, en contre bas de la route d’accès barrée par une chaîne.

DSCN0098 (800x600)

Même sous la bruine la vue est pas désagréable. A notre arrivée, on a la chance d’une éclaircie, Manue et Kelsey en profitent pour une baignade bien revigorante qui caille grave retend les tissus.

DSCN0099 (800x600)

Cette virée au lac est placée sous le signe du « birding », l’observation d’oiseaux. On est entourés de poules d’eau violettes, et de kookaburras qui feront un véritable attentat sur la personne de JL au moment d’un petit déjeuner.  L’enjeu était lourd : un sandwich au beurre de cacahuètes avec 2 tranches de pain, un festin! L’un d’entre eux s’est laissé tombé d’une branche derrière JL alors qu’on en observait un autre, notant qu’il était « trop mignooon! ». JL a failli y laissé son pouce et a perdu son sandwich, partagé à la vitesse de l’éclair entre les trois kookaburras conspirateurs. JL pète un boulon direct. Il balance tout ce qui se trouve à sa portée pour buter le piaf-voleur-de-sandwich-au-beurre-de-cacahuète.

DSCN0110 (600x800)

Le piafocide échoue lamentablement. Après une journée de repos passée sous la tente en attendant que la pluie passe, on s’abrite aux toilettes du camping pour un diner ambiance les belles et le clochard.

DSCN0118 (800x600)

En quittant notre camping fermé-havre de paix, on décide de faire le tour complet du lac pour aller voir un figuier géant qui traînait par là.

DSCN0140 (600x800) DSCN0142 (600x800)

On fait une pause déjeuner au bord d’un lac de cratère volcanique, transformé en lieu touristique. Le bon plan c’est qu’il y a des barbec et qu’on peut se faire des grilled cheese et sécher gentiment nos fringues. La méga faille de chez méga faille, c’est que le barbec australien n’est pas désigné pour sécher des fringues. JL récupère son T-Shirt avec un trou en dedans… Stupéfait de désemparement, JL gueule comme un putois que c’est encore un coup des piafs du lac Tinaroo. Contre l’acharnement général des éléments, on décide de se barrer vite fait bien fait.

DSCN0160 (800x600)

Après avoir failli se faire buter par un camtar qui nous double dans une montée en virage avec un autre camion de face, JL commence sérieux à être super vénère. On se pose pour le soir sur un terrain de camping qui a le bon goût de ne pas être payant. Les filles refont l’étanchéité de la sacoche de Kelsey qui tombe vraiment en ruine (la sacoche, pas Kelsey). La chance qu’elle aura c’est que notre hôte warmshower de Mareeba lui prêtera une sacoche pour atteindre cairns, ce qui lui évitera de perdre 30% de son matos lors de l’autodestruction de sa sacoche.

DSCN0166 (800x600)

Mareeba, c’est le villa le plus ensoleillé du monde du Queensland de l’australie. plus de 300 jours de soleil / an. De quoi nous redonner le sourire! Et pour couronner le tout, on a un hôte génial qui prend des journées de congés pour nous faire faire le tour de la région : le point le plus haut de la chaîne de montagne locale.

DSCN0183 (800x600)

une cascade de dingue dans laquelle on a pu se baigner et lézarder au soleil :

DSCN0198 (600x800)

Après 2 jours de repos chez Konrad de Mareeba, on doit se mettre en route si on veut voir Cape Tribulation avant de terminer à Cairns. On se fait une petite étape vers Mount Molloy, qui nous laisse ce genre d’impression :

DSCN0229 (600x800)

En quittant Mount Molloy, on se fait la descente des tablelands ( plateau) vers la côte. Au passage on chope quelques belles vues sur les plantations de cane à sucre et le début de la foret tropicale humide.

DSCN0260 (800x600)

Vu qu’on est chaud comme la braise, on arrive vite à cape tribulation et on a le temps de se faire une journée de repos pour profiter des plages, mais sans s’y baigner à cause des crocodiles.

DSCN0264 (800x600) DSCN0265 (800x600) DSCN0282 (600x800)

Pour la baignade, il y a des « trous à nager », swimming holes en anglais dans le texte. Ces endroits sont crocodiles-free et donc normalement safe.

DSCN0305 (800x600)

Dans ce pays bizarre les crabes font des boulettes,

DSCN0339 (800x600)

et les grenouilles se posent uniquement sur du béton de la même couleur que leur peau.

DSCN0364 (800x600)

Mossmann est notre dernier bivouac avec Kelsey, alors on fête l’occasion en dormant dans un parc du rotary, juste en dessous du panneau interdit de camper. On fait la salade de fruit géante du siècle. On défonce une vrai pastèque mûre qui vient d’un vrai magasin. Par contre, cette nuit là, on ne dort pas franchement car à côté du panneau interdit de camper, y a un autre panneau  indiquant que la rivière à 15m de nos tentes abrite des crocodiles. Du coup, les filles flipperont toute la nuit à chaque bruit des fourré. JL, prévoyant, dort avec des boules quiès.

DSCN0383 (600x800)

On laisse Kelsey partir en direction de Port Douglas où elle fait une étape et nous on fonce vers Cairns, notre ultime destination australienne. En arrivant dans l’agglomération, on croise un champ de wallabis, comme quoi ça ne vaut pas la peine d’aller se perdre dans le bush, puisque les kangourous, comme les australiens, semblent préférer la ville.

DSCN0397 (800x600)

A l’arrivée chez Rob et Jo, on a encore un super accueil et on se prépare en 3 jours à prendre notre avion vers Tahiti. Encore une fois, c’est une victoire grâce à warmshower et on passe un très bon moment.

DSCN0422 (800x600)

Kelsey nous rejoint un jour après et on a le cœur serré en sachant qu’on va la quitter pour de vrai cette fois. Elle sait qu’elle restera pour toujours notre meilleure bush-friend, parce que l’outback l’a rendue vraiment kick-ass!

D’ailleurs, pour les english reader, Kelsey a raconté ces même épisodes et aussi le reste de son voyage sur son blog.  (Ne ratez pas le moment où elle explique « ce qui était bizarre à propos de ce mec »!).

Rob, qui n’est pas avare de coups de main, nous propose de nous conduire à l’aéroport, ce qui est bien pratique étant donné notre chargement !

DSCN0429 (800x600)

Le bon point avec notre vol vers Tahiti, c’est qu’on a une journée d’escale à Auckland, juste ce qu’il faut pour qu’on puisse cocher la Nouvelle Zélande sur notre liste de pays. L’inconvénient, c’est que l’escale dure 20h, et que donc, c’est plus une escale. On doit récuperer, nos cartons en attendant notre vol suivant… Qu’à cela ne tienne, on se fie du qu’en dira t’on en cultivant tranquillement notre style réfugiés vélocipédique. On installe notre dernier camp de base comme si on était dans le bush mais sans la tente. On déploie matelas et duvets derrière nos vélos-barrière dans un salon de l’aéroport et on passe une super nuit à bouffer des scotch fingers!

DSCN0431 (800x600)

Depuis ces quelques épisodes, et bien on se dore la pilule à Tahiti, enchaînant les plongées, visites et autre snorkelling, en famille, mais ça, ce n’est plus du vélo!

Et puis, y en a peut être qui se posent la question de savoir ce que l’on va faire maintenant? Ben qu’est ce que l’on peut faire après 1 an de vélo? Rien de spécial: on rentre en france, on va reprendre un job chiant, on va se marier, acheter une renault 21 espace, faire des gosses que l’on emmènera à Mc Do. Et puis on ira faire nos courses à intermarché le samedi soir et on regardera la star académie.

Naaaannn, je déconne!

On a rencontré Paul, un danois du Luxembourg, à la marina de Papeete. Il nous prend à bord de son bateau pour quelques semaines. Et si on s’entend correctement, pour quelques mois… Destination: les iles de la société, et puis peut être, direction plein ouest vers la nouvelle zélande…

Mais ça, c’est carrément une autre histoire.

Cet article a été publié dans 16 - Australie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La fin de l’Australie, la fin du pédalage

  1. Mireille dit :

    Contents de vous savoir en famille autour de la jolie Lou pour un repos bien mérité…
    Bises à tous et toutes…
    Mireille

  2. Poup' dit :

    Qu’est ce que vous avez contre les gens qui vont à inter le samedi soir, font des gosses et les emmènent au mac do…..?????!!! heureusement qu’on a pas des boulots chiants on aurait pu se reconnaître…
    What was really weird about this guy though, is we just said « hello, » and he said, « fuck offf!! »
    =)
    Bon vent! mais vous nous manquez revenez un jour quand même

  3. Claude dit :

    J’ai hâte de voir la suite des aventures de Manue & Stephane …, pourquoi pas en BD ?
    Merci pour vos sourires et bon vent !

    • Claire-Marie dit :

      Je ne connais pas Claude, et juste un petit peu Manue et Stéphane, mais à force de vous lire, je me dis de plus en plus que votre humour rendrait très très bien en BD !!!! À bon entendeur…

  4. Kelsey dit :

    « When we got there, actually there are 4 campsites, two of which closed for no apparent reason except to reserve us a place away from the hordes of caravanners make a weekend thump thump. »
    yes, a weekend thump thump. that is what those other side of the lake campers certainly did!
    i love your auckland bush camp. you two are apparently top-stealth-camping-kick-assers too! but this, i already knew!

    with love from mount isa. where its kinda dry.

  5. Amel dit :

    Tooooppppp!!!
    A bientôt pour la suite de l’histoire!
    Des gros poutoux!

  6. Raaaah, ça fait rêver un max, tout ça.
    Ne rentrez pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s