Le nord du Laos, les montagnes de la muerte …

On vient de finir la traversée de la partie montagneuse nord Laos. Ben si on avait su, on aurait pas venu. Enfin si, mais on aurait pris soin de se doper sérieux avant.
En 5 jours, on s’est pris 7 000 de dénivelé positif sur 370km. Au passage, le record de distance : 130km, et le record de D+ 1935m. On s’auto-décrète machine de guerre du vélo couché.
Sam Neua –> Saleuy : 40km / D+ 950
Saleuy –> Nam Neu: 60km / D+ 1120 (dont 4km entre 10 et 15% qui ont allumé le moral de JeanLuc)
Nam Neu –> Muang Kham : 85km / D+ 1935m (en 9h dont 5h30 de montée…)
Muang Kham –> Phonsavan : 55km / D+ 715m (étape de remise en forme)
Phonsavan –> Phou Koun : 130km…. / D+ 1920m (en 10h, arrivée de nuit)
—————Fin des montagnes—————
Phou Koun –> Kasi : 40km / D+ 350m
Kasi –> Vang Vieng : 60km / D+ 300m (retour de moyenne de plus de 20km/h pour la première fois depuis Hanoï, ça fait du bien…).
___________________________________
On a une surprise depuis que l’on est passé au Laos, c’est le nombre de cyclistes que l’on croise sur la route … En une semaine, c’est presque une dizaine de bonhommes sur les routes soit quasi autant que depuis notre départ de France. Ça s’explique assez bien par le fait qu’il n’y a que 3 routes au Laos. C’est assez agréable pour les échanges de bons plans et à chaque rencontre, on se transforme en office du tourisme, technicien de la DDE sur l’état des routes et géomorphomontagnomètre (ça consiste en gros à faire l’analyse du profil et dire si on va morfler sur les km à venir).
Conseillés par des allemands, on quitte Sam Neua le samedi 7 décembre pour se rendre dans un bled perché sur un plateau avec un « home stay » (genre chambre d’hôte chez l’habitant).
Le dit « village-paumé » est à seulement 40km, une part de gâteau à la crème dirait un vendéen de Madagascar. Ce qui est prévu mais pas trop quand même, c’est les montées que l’on prendra. On part tôt et bientôt bim ! une montée, puis une autre, puis encore une, puis une dernière, puis 3 autres dernières montées.
DSCN7513 (800x600)
Pour se donner de l’énergie, Manue bouffe toutes les barres céréales dans son coin. « Je croyais que tu préférais les bananes… »
DSCN7517 (800x600)
On fait une petite pause photo histoire de relaxer les muscles.
DSCN7518 (800x600)
Les laos cultivent le riz, mais aussi le maïs depuis qu’ils sont obligés par le gouvernement (une sombre histoire de capitalos racontée par un français futur indien-lao anarchique des montagnes). Ils font sécher le maïs sur le bords des routes avant de le vendre aux vietnamiens qui en font des chips. Dixit le hippie que l’on a rencontré, les laos sont sensés récupérer des sous de la vente du maïs pour pouvoir les mettre à la banque et acheter des 4*4 pour faire la nouvelle crise des subprimes et vendre leur terrain aux chinois (le prochain scénario de james bond si on me demande mon avis). Mais comme ils ont aussi plein d’animaux en libertés, je pense que la moitié du maïs finit dans le bide des cochons du coin (tant pis pour le prochain James Bond). Heureusement que les petits vont pas à l’école pour arrêter le massacre à temps. 
DSCN7522 (800x600)
 La route empruntée est en maintenance perpétuelle pour reboucher les trous et on croise un bulldozer qui essaie de nous empêcher de passer. On lui pétera la gueule.
DSCN7528 (800x600)
 Pour finir la journée, il y a la montée finale qui n’aura qu’une dernière petite sœur, appelée la der des ders… On arrive à Saleuy bien contents d’arriver.
DSCN7532 (800x600)
Comme il est 13h (5h pour 40km…, je vais pleurer en faisant la moyenne générale), les hôtes sont pas là. Le voisin nous explique qu’ils sont partis couper du bois dans la montagne. Ha… C’est qu’on se disait qu’on avait un petit creux, que Manue a bouffé toutes les barres, et que yen à marre des bananes. Après un petit coup de téléphone du voisin qui défoncera la porte de derrière pour nous faire entrer, elles arrivent. On se lance dans une danse des mimes pas possible pour savoir si on peut dormir ici, mais surtout, si on peut manger, genre maintenant pasque sinon, on va attraper une poularde dans la rue et on la farci avec le premier écolier qui passe! Comme on est les descendants directs par alliance de cousin germain (jamais rien compris à ces histoires de cousins) de Sophie Marceau, ça fonctionne nickel. La proprio nous file un fruit qui sort d’une autre planète (l’étoile rose). DSCN7533 (800x600)
Elles nous font ensuite à manger (pas trop, mais c’est bon). On comprend ainsi à quoi servent les sortes d’enjoliveurs de camions qui traînent partout (ce sont des tables basses).  
DSCN7535 (800x600)
Une fois mini-repu et comme on est des aventuriers, on file voir le truc d’aventurier du coin: la cascade. On l’a croisée en arrivant. « C’est pas loin » que je dis à Manue. Bon, pas loin en vélo, ça fait quand même un peu plus loin à pied. En descendant la dernière montée de la journée pour rejoindre la cascade on comprend pourquoi on a l’impression d’avoir les jambes de Robocop. C’est tellement pentu qu’on hésite à s’encorder. Une fois à la cascade, on prend le petit chemin pour monter tout en haut (histoire de se rajouter 180m de D+juste pour le plaisir).
DSCN7555 (600x800)
Du chemin, la cascade est tout simplement magnifique invisible. De la pure arnaque grand cru. Tant pis, Manue jouera à « Women VS Wild » et on prendra le chemin du retour au village.
DSCN7546 (600x800)
Les villageois sont super surpris de voir deux falangs se pointer à pied chez eux (ça doit être comme traverser l’Aveyron à dos de chameau). On dit bonjour à TOUT LE MONDE sans exception. Je fais un petit coucou à un gamin qui se met à grimacer, puis à serrer contre lui ses peluches, puis à pleurer, puis à balancer ses peluches par terre et finalement, il part en courant. Les dites peluches ne rebondissent pas trop car ce sont en fait un petit rat et un petit écureuil tout mignon et tous morts (welcome to the wild!).
On rentre à not’ maison pour la nuit, on mange du riz super collant qui se mange avec les doigts (c’est une espèce de riz qui se cuit à la vapeur dans le truc ci dessous et qui pourrait servir de mortier dans le BTP dans tout autre pays, mais ici, ça se mange).
DSCN7561 (600x800)
Après la photo souvenir (le premier qui critique le style de JL, ben … ben il aura raison…), on se lance dans une autre étape « facile ».
DSCN7565 (800x600)
On rencontre des supers gros camions qui klaxonnent tout le temps pour prévenir qu’ils arrivent. En fait, c’est parce que dans les virages ils peuvent pas s’arrêter sans se retourner.DSCN7573 (800x600)
Entre deux montées, on porte plainte contre « Electricité du Laos » pour avoir mis des fils électriques partout sur nos photos. Ça fait 5 jours que ça dure leurs conneries, il est temps qu’ils enterrent leurs lignes.
DSCN7585 (800x600)
Quelques kilomètres plus loin, on verra un camion de charbon à moitié sur la route, la moitié de son chargement dans le ravin.
DSCN7590 (800x600)
Les paysages sont super sympas. Une montée plus loin, on reçoit la réponse du tribunal de Laos : notre plainte sur les lignes électriques est déboutée et ils nous conseillent d’investir dans photoshop. Y zont pas idées de la lenteur de notre PC pour dire des bêtises pareilles…
DSCN7592 (800x600) La fin de l’étape est monstrueuse, trop monstrueuse pour prendre des photos. On prend 4km de pentes entre 10 et 15%. On passe la moitié à pousser, l’autre moitié à s’arrêter tous les 150m. On finit rui-nés. Jean Luc décide de continuer à pied. Manue lui dit qu’il y a une descente de ouf après une montée de ouf. Le moral remonte un tout petit peu le temps de descendre.
A l’arrivée à Nam Neun, le grand luxe. Une chambre avec salle de bain intégrée dans les chiottes à la turc avec le baquet d’eau pour douche et chasse d’eau (le rêve d’un parisien en manque d’espace). J’envoie Manue faire la lessive dans le jardin avant de transformer la chambre en koundélich.
DSCN7601 (800x600)
 DSCN7605 (800x600)
Manue découvre un nano-lézard dans les draps. JL découvre un rat dans le sac à dos (JL mène par 1:0 en terme de bestiole). Le rat prend peur quand JL lui fait les gros yeux et prend la porte d’escampette. JL demande ensuite à Manue de boucher le jour sous la porte parce qu’il a quand même un peu peur.
DSCN7604 (800x600)
 La journée d’après est encore plus balèze. 85km dans les montagnes. On commence par une montée de 19km pour un D+ de 1000m en 3h30 avec plein de virages comme l’indique le panneau.
DSCN7607 (600x800)
On commence à être un peu blasés des montées sans fin. On défonce le stock de beignets plus gras que gras acheté le matin. JL commence la règle « 1 T-shirt par 1000m de D+ » pour éviter d’être tout mouillé de transpi tout le temps. On longera ensuite la ligne de crête pendant 50km avec des montées et descentes interminables pour un dénivelé positif total cumulé de presque 2km. Avec une heure de lumière restante, on apprécie que les 15 derniers km soient en descente. On voit une plaine pour la première fois depuis 10 jours.
DSCN7620 (800x600) DSCN7623 (800x600)
Bien contents d’avoir terminé cette étape et de s’arrêter dans le bled qui sert à rien de Muang Kham. On passera 9h sur le vélo cette journée là. (même pas mal aux fesses)
On hésite à prendre une journée de repos, mais le trou dans lequel on est n’a pas accès au monde extérieur. On se dirige donc vers Phonsavan, une métropole à l’échelle du Laos (plusieurs rues, un aérodrome, un site touristique, internet…). La petite étape tranquille commence par une montée de bébé mammouth. On arrive sur un plateau et c’est trop mignon : des petites rizières…
DSCN7631 (800x600) DSCN7633 (800x600)
Des arbres avec les feuilles rouges que l’on met dans les galeries commerciales à l’époque de noël… mais ici c’est pas en plastique!
DSCN7640 (800x600)
Des petites maisons en bois (ils paraient qu’ils ont pas le conte des 3 petits cochons avec la maison en bois qui s’envole quand le méchant loup souffle dessus –> quand j’y pense, ça doit être un coup du lobby du BTP ce conte, faut que j’en discute avec notre français hippie anar…).
DSCN7650 (800x600)
On arrive super tôt à Phonsavan, JL s’endort comme une loutre en hiver, Manue travaille sur notre profil topo des prochains jours. Elle regarde les prochaines villes et fait un immense travail de planification. Et comme à chaque fois que l’on planifie, ça capote le jour d’après…
Par un heureux coup du hasard (et surtout parce que la veille, on s’est couché à 18h30), on se réveille avant le coq du coin (JL hésite à aller lui mettre un coup de pied au c… pour se venger de tous ses compatriotes coq du Laos qui nous réveillent à coup sûr tous les matins). A 6h20, on est dans la rue à faire les marioles.
DSCN7663 (800x600)
L’étude du profil de l’étape est sans appel: journée rigolade. 70km de plateau vallonné. Le repos du guerrier et de la gladiatrice. On croise Melissa-les-cuissot-d’acier après 20km. Une Américaine partie de Barcelone il y a 3 mois qui a fait 8500km (soit plus que la moyenne annuelle de Virenque dans sa période de dopage).
DSCN7669 (800x600)
Elle est super contente de nous voir et et nous le fait comprendre en se lançant dans 5 minutes de monologue ininterrompu. On réussi à en placer une de temps en temps. On se lance ensuite dans une analyse géomorphomoutainologique du topo-relief à venir. « C’est roulant » qu’elle nous dit. Elle nous dit de pas louper la guesthouse du village dont on choppe pas trop le nom, parce que sinon, y a rien jusque Phou Koun. On lui répond qu’on a tout prévu (« les clés sont dans la poche » dirait le paternel).
On passe les bornes suivantes a regarder le paysage défiler.
 DSCN7672 (800x600)
Puis on se dit que quand même, on a croisé Melissa-cuissot-d’acier à 8h alors qu’elle est censé avoir fait 50Km. C’est soit une méga machine, soit elle se lève à 04h du mat… Manue voit passer une guesthouse. On est dans notre étape, on fait pas attention.
On regarde les rizières. JL essaie d’embrocher un veau.
DSCN7680 (800x600)
On étudie l’architecture des petits cochons avec la maison en bois (c’est mieux que les maisons en roseau des montagnes remarque…).
DSCN7688 (800x600)
On regarde le foin de riz sécher.
DSCN7689 (800x600)
On prend une super descente de ouf (genre 800m / trop bien !!!).
DSCN7707 (800x600)
Arrivée tout en bas de la pente, dans le bled que l’on vise Nam Chat. 70km plié avant midi, « back on track » en terme de stat. On se pose dans un petit restau au bord de la rivière. Le bled de rêve pour passer l’aprèm et la nuit.
DSCN7724 (800x600)
Avant de manger, on demande la Guesthouse ou l’hôtel du coin. Le bonhomme nous fait un signe qu’on aime pas trop que l’on peut traduire par : « bande de gros naz, si vous vouliez un hotel, z’aviez qu’a aller à saint tropez… ». Manue insiste, il lui fait une variante, mais ça finit toujours par : aller à Phou Koun avec un air un peu désolé pour nous… On demande a un touriste Lao de passage qui parle anglais de demander pour nous une chambre pour la nuit. Il revient bredouille en nous disant que la prochaine piaule est 60km plus loin à … Phou Koun… Et la, toutes les briques se remettent en place: Melissa-cuissot-d’acier que l’on croise à 08h du mat n’a pas fait 50km, mais seulement une vingtaine, elle venait du village ou Manue a vu la fameuse guesthouse. Bref, on a merdé.
Quand faut y aller … On se fait une idée du topo-relief des montées à venir, et on arme nos jambes de courage. La première montée de 15km, on l’a fait avec l’équipe entière des Biomans.
DSCN7726 (800x600)
On leur mettra une méga rouste: à peine 10km pour décrocher Bleu et Rouge. Rose et Vert tiendront presque 15km. Autant dire qu’on les a enrhumé sérieux. Et le fait qu’ils aient entre 8 et 12 ans, qu’ils soient sous alimentés sur des vélos tout pourris avec une seule vitesse et plus rouillés qu’une jonque chinoise n’est pas une excuse, ils avaient pas de bagages à traîner!
Dans la dernière montée (celle avant la toute dernière), on passe dans un village en mode kermesse. En nous apercevant au loin, tous les gamins se ruent sur nous. On prend mega peur, Manue sort son bambou anti-chien pour les éloigner. Nan, en fait ils étaient super cools, sauf qu’on a eu un peu peur pour eux quand ils se sont mis a gambader à côté de nous avec des serpettes de druides. Ça prendra bien 1km pour qu’ils s’essoufflent. C’est solide ces gamins là.
Contrairement aux étapes habituelles, la fin n’est pas sur une descente mais encore une put… de montée (la 400ème de la journée). On finit l’étape à la nuit tombante et dans une brume épaisse comme une purée de petits pois, complètement déglingués, dix heures de pédalage, 130km, 1925m de D+. On fera la soirée la plus courte du monde. Arrivés à 18h dans la ville. Couchés à 18H45 après douche-resto. Manue ronflera à 18H45 et 32 secondes (même si elle dit que non).
Encore une fois, on hésitera à rester une journée dans la ville pour s’en remettre. Mais à la lueur du bled le lendemain matin, on abandonne l’idée.
DSCN7731 (800x600)DSCN7734 (800x600)
On repart sur la route 13 (celle qui court entre Luang Prabang et Vientiane) en mode « wooden legs » pour une montée… Manue commence à vraiment faire la tronche. JL, ça fait longtemps qu’il se dit qu’il va mettre une turbine de roquette pour passer les montagnes.
On croise dans la brume des gamins qui sortent de nulle part pour aller « je-sais-pas-trop-où ».
DSCN7737 (800x600)
Alors là, Marie et Pascale, regardez ce qui vous attends dans quelques jours. Y a de la brume pour le côté mystique et puis aussi car on est partis super tôt.
DSCN7742 (800x600) DSCN7740 (800x600)
Ça, c’est des formations karstiques (en gros des cailloux).
DSCN7758 (800x600)
Les paysages vont peu à peu s’aplatir pour donner lieu à une vallée pleine de rizières et de petits villages et de plats ! Si la brigade du kiff était passée à ce moment là, on aurait pris perpette. On commence à retrouver des moyennes au dessus de 10km/h (youhou !!!).
DSCN7764 (800x600) DSCN7765 (800x600)
En conclusion, Les montagnes du nord Laos, c’est bien, mais c’est bien aussi quand ça finit.
On est ici à Vang Vieng pour aujourd’hui et peut être demain, mais ça, ça mérite un autre article…
Cet article a été publié dans 11 - Laos. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le nord du Laos, les montagnes de la muerte …

  1. Cerise&Xabi dit :

    Bravo les gladiateurs de la pédale! On se reconnait dans pas mal de choses qui vous arrivent (les tyroliennes de fringues qui sèchent dans les chambres minuscules, les bêtes bizarres, les touristes solitaires qui n’ont trouvé que vous à qui parler depuis 15 jours…) mais beaucoup moins dans les exploits sportifs, chapeaux bas… et quand même gare à la brigade du style pour JL et les mégas traces de lunettes de Manue! Continuez à vendre du rêve !!

    Gros bisous et joyeuses pâques un peu en avance..

  2. Dad & Momo dit :

    Le « style de JL » s’explique…

    😉

  3. Mum dit :

    Bravo Wonderwoman et Superman!
    Je suis contente de ne pas venir en vélo!
    Plus que qq jours!!!!!
    En revanche, le rat dans le sac a dos…. Comment dire?
    Ça me contrarie un peu….
    Hep hep, les fidèles du blog, si vous avez des idées, des trucs, des astuces pour éloigner toute sorte de faune rampante, volante, trottinante, galopante, vrombissante, piquante, mordante….. Faites m’en part, je vous en serez immensément reconnaissante!!!

  4. Ju dit :

    Le style chaussettes dans les sandales, j’adore🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s