SHINKANSEN!!!

Pour rejoindre Osaka, nous avions plusieurs options, un bateau hors de prix qui n’arrive même pas à Osaka, des bus de nuit, pas confortable mais pas cher ou le TGV local, autrement appelé le Shinkansen. 

Pour le budget, nous avions opté pour les bus mais en vérifiant la possibilité de charger notre carrosse pliable dans la soute du bus, nous avons appris avec désolation que plus aucune société de bus n’accepte les vélo, et ce depuis août 2013… SCREUGNEUGNEU!

Mais ce n’est pas grave, cela nous permet de vivre une expérience de choix : le shinkansen! Côté prix, Stéphane a eu besoin de 2 jours pour s’en remettre mais une fois la pilule avalée, c’est l’excitation qui a pris le dessus.

C’est donc lundi de bon matin (11h30) que nous avons pris la direction de la gare pour prendre le train en direction d’Osaka. Une dernière balade à travers Tokyo, le cœur léger de reprendre la route et d’avancer vers la Chine!

DSCN4672 (800x600)

En quelques coups de pédales, nous avons déjà traversé la ville, 20kg de moins, c’est le bonheur!

Le shinkansen entre Tokyo et Osaka, c’est un peu le métro, ça se prend sans réservation et il y en a toutes les 10 ou 20 minutes.DSCN4674 (800x600) On a commencé fort en entrant dans la gare en pédalant. Après une centaine de mètre, un employé nous rattrape en s’excusant 20 000 fois pour nous dire que pédaler dans une gare, ce n’était pas trop autorisé. Ah bon? Tant pis, ça faisait marrer le chaland. On lui demande alors les quais du shinkansen… La, il nous regarde, on le regarde, il regarde notre vélo, on le regarde, et il fait un petit « non non » de la tête en écartant les bras comme moïse devant la mer rouge (c’était peut être la méditerranée, mais je m’en souviens plus – j’étais pas là à l’époque). On lui répond, « t’inquiète guinguette », le vélo, il passe easy.  Pas très sur de lui, il nous indique un panneau au dessus de notre tête.DSCN4676 (800x600)

On file au guichet. Les billets en poche, il nous faut préparer la bête à son voyage. On veut le faire sur la plateforme mais le contrôleur des barrières automatique nous refuse l’accès : encore un mec qui se prend pour Moïse en écartant les bras comme çaaaaaaa!  Ça énerve Stéphane, qui se plante devant les barrières pour démonter le bousin. En 20 min, on replie le vélo, on le mets en pièce, on l’emballe, on appelle le Guiness book pour faire enregistrer la perf. Le type au téléphone dit qu’il faut une preuve. Stéphane regarde Moïse mais se dit que ça va être compliqué et on remet ça à plus tard.

DSCN4677 (800x600)

J’ai à peine le temps de photographier pour vous le démontage qu’on se retrouve sur le quai Avec le train de 13h qui arrive pour se faire nettoyer par les petites madames en rose.

DSCN4686 (800x600)

On est même pas en sueur, quel bonheur de voyager aussi léger!

DSCN4687 (800x600)

Selon les imaginations, le shinkansen a la face de Falcor, le gros chien-dragon volant de l’histoire sans fin, ou d’un dauphin, éventuellement aplati par un postérieur d’éléphant, le dauphin. En tout cas, il a un sacré pif :

DSCN4688 (800x600)

Pendant qu’on prend ces quelques photos, les petites madames en roses s’excitent à l’intérieur et changent les petits napperons-anti-crasse-de-nuque, on se dit que c’est classe. Autre précision, dans le shinkansen, tous les sièges sont dans le sens de la marche. « Diantre, il ne roule que dans un sens? » allez vous me demander, et bien non, parce que ce serait vraiment ingérable, les sièges changent de coté quand le train change de direction, c’est un petit peu magique, mais vous connaissez les japonais et la technologie, quand ils ont une lubie (comme avec les toilettes par exemple) ils savent aller très loin!

DSCN4689 (800x600)

Une fois que le ménage est fini, que les sièges sont tous dans le bon sens, on peut enfin embarquer.DSCN4691 (800x600)

Comme les trains se positionnent toujours de la même façon, on a pu repérer à l’avance la porte idéale pour notre barda et on a pris place dans la file tracée au sol. Du coup en 2 coups de cuillère à pot on est installés et prêts à faire toutes sortes de photos débiles.

DSCN4692 (600x800) DSCN4694 (800x600) DSCN4695 (800x600) DSCN4697 (800x600) DSCN4700 (800x600)

L’eau du mont Fuji c’est votre amie pour la vie!

On fait les malins mais sur les photos mais en fait, on pionce comme des loutres en un temps record. Les japonais appellent le Guiness book, mais ils tombent sur même bonhomme que nous. Ils abandonnent.

A l’arrivée….

On arrive a Osaka, pas longtemps après être parti, genre le temps d’une petite sieste. On a pas vu grand chose du voyage mais on s’en fout parce qu’on l’avait déjà fait à coup de pédale.

On débarque sur la plateforme et on fait un plan de match. La sortie de la gare est à 3,7km de nous, et on se dit que ça sera galère de le faire à pied en portant notre vélo. On réfléchit et bim ! Eureka ! Un vélo, ça roule? Et ben on n’a qu’à le faire rouler ! Devant tant de génie, le jury du prix Nobel hésite à nous refiler le prix de physique mais des geeks ont découvert le boson de higgs y a pas longtemps et il parait que c’est mieux. Tant pis, on se serait bien vu dans le musée Nobel à Stockholm.

On remonte le vélo sur le quai, on épate le grand père du coin. On charge les sacoches et on s’élance (à pied, pasqu’on se dit bien que si on pédale sur un quai japonais, on va se faire gronder – c’est bien le mot).

On fait environ 37cm avant qu’un type débarque. Il nous parle en japonais, on dit qu’on comprend rien, il refait le coup de moïse, et il nous dit qu’il faut remballer le sac dans le vélo ou le contraire, je sais pas trop. On lui dit qu’on veut pas prendre le train, mais qu’on veut partir. Le bougre insiste. On l’envoie un peu sur les roses. Il y va (en nous disant de ne pas bouger). Il revient 3 min plus tard avec son autre pote moïse qui nous refait un cirque avec moult moulinet de bras pour dire que c’est trop grand que c’est dangereux. On se regarde avec Manue. Manue me fait un air de « j’te l’avais dit qu’on aurait pas du remonter le vélo sur le quai ». J’lui répond sur un air passablement énervé de  » pas de ma faute si ils sont trop cons  pour comprendre que c’est chiant de porter un vélo qui peut rouler, qu’ils aillent demander au jury du Nobel, eux y s’ont tout compris.

On fait un compromis super débile. On replis le vélo au lieu de le séparer en 2 mais on l’emballe pas (ça fait 4 vis à enlever et ça prend 3 min). Ils sont OK. On se regarde avec Manue en se disant que jamais ils feront partis du jury du Nobel de physique ou alors ils récompenseront les types des chiottes jets d’eau de Versailles. On replie donc le vélo, et on commence à le porter vers la sortie. Ils nous regardent partir, regardent nos sacoches, nous regardent partir, ils se mettent à bugger.  Ils nous demandent de pas trop laisser les sacoches là, si ça nous dérange pas. Je l’ai regarde d’un air de dire qu’ils risquent tous les deux de passer sous le shinkansen s’ils continuent leurs conneries (pasque porter un vélo de 3,5m  plié en deux en plus de nos sacoches …). Le message passe plutôt bien. Ils empoignent les sacoches et nous suivent. Je vous passe les détails de la remontée du quai avec 5 contrôleurs pour faire la circulation, l’ascenseur avec le type qui se colle contre le pédalier plein de graisse, la chasse que Manue à mis au type qui a fait tomber son casque (faisait pas le mariole le bonhomme)…

On fini par sortir de la gare, on remercie les contrôleurs, les contrôleurs nous remercie pas trop (ce qui est très très impoli et doit refléter leur agacement). On remonte le vélo encore un temps record mais on prend pas le temps d’appeler le Guinness book parce que la nuit tombe.

Une traversée d’Osaka plus tard, on arrive dans le coin le plus mal famé du japon (d’après la brochure). Bon, on peut pas dire que ça craigne pour autant, c’est la Japon quand même. Mais on voit quelques clodos qui dorment dehors avec leurs chaussures bien rangées devant leur carton.

On passera quelques jours à Osaka (objet d’un prochain article). Mais on doit vous laisser, on a un bateau à pour la Chine ce matin. On attend avec impatience le moment ou on utilisera notre vélo sans prendre les transports… Et on est bien contents de se dire que bientôt, on aura un badge d’aventurier de la Chine parce que ça fera classe dans not’ collection.

Cet article a été publié dans 08 - Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour SHINKANSEN!!!

  1. Poup' dit :

    Vous allez pouvoir monter un one man show (ou one man one woman show) en rentrant…!

  2. thérèse giacomelli dit :

    Salut les <>Je reste admirative devant vos récits malgrés tout les inconveniant rencontrés vouds ne baissez jamais les bras , continuer vôtre voyage comme cela et faite nous rêver encore .
    Grosses bises à vous deux

  3. la Tante qui Fuit dit :

    Pas trop pédalophiles les Japs! finalement le plus dur pour vous ce ne sont pas les épisodes de pédalage dans les côtes…
    bisous de TQF

  4. Amel dit :

    Trop bien cet article, je me suis bien marré!
    Bon courage pour la Chine, mon petit doigt me dit que ce ne sera pas de tout repos…
    Grosses bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s