De Kyoto à Tokyo : un typhon et plus de 600km de côte Pacifique

Qui aurait cru que ce serait au Japon que nous serions déconnectés de force, ne trouvant généralement pas Internet lors de nos stop étapes? En dehors des grandes villes, le Japon ne semble pas connaitre Internet, ne parlons pas de WiFi. Les camping que nous avons croisés ne comportent rarement de douche, nous avons arrêté de demander s’il était possible d’accéder au net.

Du coup je me retrouve donc avec une bonne dizaine d’articles de retard et toi, mon public préféré, en manque total. Je vais essayer de raconter nos dernières aventures correctement mais c’est compliqué quand on ne le fait pas au fur et à mesure, dans la mémoire tout se mélange et on perd les petits détails croustillants. Alors pour toi public, voila le fruit de mes efforts.

Maibara – Toneru : 63 km (ça s’appelle pas toneru mais on sait pas comment ça s’appelle et c’est juste après le tunnel…)

Nous quittons la maison de Céline, Kita et leur enfants où nous sommes revenus récupérer le vélo et leur faire un dernier coucou avant de reprendre la route. Après encore quelques bon petits plats nous voila prêts à affronter la pluie annoncée pour ce soir (décidément la météo japonaise nous en veut!). Avant de partir, une photo de famille s’impose! notez le nouveau vêtement de pluie de Stéphane, choisi pour son prix et sa couleur!

DSCN3851 (800x600)

Merci à toute la famille pour l’accueil!

DSCN3852 (800x600)

Nous partons pleins de motivation sous une bruine qui, selon les prévisions se transformera en grosse pluie dans la nuit. Nous avons bien repéré la route et nous dirigeons vers une zone un peu montagneuse pour passer un grand tunnel et rejoindre la cote que nous longerons ensuite jusqu’à Tokyo.

Pleins de motivation, nous attaquons les montées et avançons bien. Nous passons le tunnel et commençons à chercher un camping pour laisser passer la pluie. Après quelques essai, nous arrivons dans un camping qui propose de s’abriter dans une école désaffectée si la pluie dégénère. Nous nous installons donc directement dans l’école pour ne pas risquer de mouiller nos affaires. Après avoir chassé quelques frelons et taons énormes qui vivait là paisiblement, on est enfin chez nous!

Chambre du tandem :

DSCN3855 (800x600)

Suite royale :

DSCN3871 (800x600)

Cuisine / salle à manger :

DSCN3879 (800x600)

Rapidement après notre installation la pluie commence à faire rage et le vent s’en donne à cœur joie. Avant d’aller se coucher, on fait un point sur notre avancement et sur tout ce que nous avons déjà parcouru et ce qu’il reste à venir.

DSCN3893 (800x600)

On en profite pour étudier les cartes pour les étapes à venir. Ces cartes en japonais nous laissent peu de place pour improviser. Pour chaque soir nous prévoyons plusieurs possibilités d’hébergement pour s’assurer d’avoir au moins une solution qui fonctionne!

DSCN3882 (800x600)

Au matin, après avoir entendu la pluie tomber abondamment, la rivière d’à côté a changé de morphologie!

Avant :

DSCN3866 (800x600)

Après :

DSCN3904 (800x600)

Finalement ce qu’on attendait comme une grosse pluie était le typhon 18, celui qui vous a bien inquiétés mais qui ne nous a même pas mouillés.

Toneru – Suzuka : 52 km

Entre deux rafales le matin nous nous décidons à reprendre la route qui est balayée par des torrents, mais ça passe!

DSCN3906 (800x600)

à peine arrivés au bas de la montagne, il fait beau et la route est toute plate, un bonheur! Dernière vue sur la montagne qu’on a traversée:

DSCN3909 (800x600)

En bas, les rizières sont un peu plus remplies d’eau que la normale et la végétation envahit les pistes cyclables

DSCN3920 (800x600)

Quand il fait beau, je peux avoir l’appareil photo à la main toute la journée et je reprend mes habitudes de paparazzi. Ici nous voyons à tous les coins de rue des miroirs pour aider la circulation. Nous adorons nous voir passer dans ces miroirs et il nous faut vraiment une photo de ça! Mais c’est pas facile de viser le miroir alors qu’on roule, de bien cadrer et de faire une photo nette! Voila une pas trop mal, je vous laisse imaginer le nombre de photos toutes pourrites que j’ai à côté!

DSCN3938 (800x600)

Au Japon, tout est mignon! Même les panneaux qui présentent un poisson chat géant qui vous dit que la route pourrait être fermée en cas de séisme majeur. Alors les zones de chantiers, c’est carrément disney land!

DSCN3940 (800x600)

Dans l’après midi, nous approchons de notre destination, un camping repéré sur la carte. C’est en arrivant qu’on réalise que notre point de chute est le camping relié au complexe hôtelier du circuit de Suzuka (quand on a une carte en japonais, on peut faire le lien entre panneaux et carte mais on ne peut pas lire ou prononcer les noms de lieux…)

Le prix fait très mal, 7000 Yen pour un camping sans douche et sans wifi. Par contre ça inclut 4 entrées au onsen où on a pu se laver mais bien se détendre aussi : douche, sauna, bain chaud intérieur et extérieur, ça fait du bien!

Après ça, Manue-Maïté nous prépare un repas délicieux : Pâtes au fromage!!! repas de champions!

DSCN3943 (800x600)

Au matin on pensait retourner au onsen pour utiliser nos dernières entrées mais les cartes nous annoncent une grosse étape alors après un petit déjeuner complet, nous filons sur la route.

Suzuka – Toba : 78 km

à la fin de l’étape, un bateau pour traverser la baie. Nous devons donc soit arriver assez tôt pour prendre le bateau cet après midi et trouver à dormir de l’autre côté, soit dormir au plus près du ferry pour prendre le premier demain matin. Nous avons bien roulé le matin, nous nous arrêtons dans un mall pour la pause déjeuner et profiter de la clim pendant les heures les plus chaudes.

On arrive vers 16h à Toba et on décide de dormir de ce coté de la liaison ferry et de prendre le bateau demain matin. Un camping est indiqué sur la carte, nous le cherchons avec l’aide des passants pour arriver en haut d’une côte de fous, dans un hôtel qui nous explique que leur hôtel est construit plus ou moins sur le site d’un ancien camping… Après presque une heure avec un réceptionniste serviable mais peu efficace, nous décidons de trouver une plage pour planter la tente discrètement.

Nous arrivons dans un endroit plutôt joli, si on oublie les déchets qui jonchent la plage.

DSCN3968 (800x600)

Comme un peu partout au Japon, la plage est équipée de toilettes publiques et donc d’un point d’eau qui nous permettra de nous laver et de faire un dîner. Stéphane se laisse tenter par un prélavage à l’eau de mer pour désincruster la crème solaire. Premier bain dans le Pacifique! Il fait le malin jusqu’à voir des méduses qui font peur. On verra plus tard des panneaux d’information qui semble indiquer que les piqûres des ces méduses sont pas trop cool. DSCN3972 (800x600)

On s’installe discretos juste à côté de la plage, vers un bâtiment inutilisé pendant que pleins de petits vieux fouillent les tas d’algues / déchets sur le sable pour trouver… on se toujours pas quoi! Ils essaient de nous parler, on écoute gentiment mais on ne comprends rien!

à la nuit tombante tout ça se calme et on va se faire des pâtes le plus loin possible de la tente. Il y a là des moustiques par régiments de 150 qui nous harcèlent et on imagine des techniques de chacal pour entrer dans la tente sans les laisser passer.

Finalement quand on va se coucher, il fait nuit noire et les moustiques dorment. ouf! Par mesure de précaution, nous rentrons en vitesse éclaire sous la tente, en ouvrant qu’une seule porte et avec interdiction de sortir faire pipi (ce qui donne envie de faire pipi à l’instant même ou on y pense!). Au matin après une nuit calme on a droit à un lever de soleil sur notre plage privée et on prend la route assez tôt pour avoir le premier ferry.

DSCN3977 (800x600)

Voila notre petit coin de paradis pour la nuit. Glamour non? Non, ok c’est pas trop glamour.

DSCN3978 (800x600)

Toba – Hamamatsu : 66 km 

On arrive un peu en avance et on prend le petit dej au terminal en attendant que ça ouvre. Là Stéphane a du me dire que pour faire des économies, on allait souvent refaire du camping sauvage…

DSCN3979 (800x600)

Notre vélo bien attaché dans le bateau, on est partis pour une petite heure de traversée. J’ai adoré les bloque-roue au cas où on aurait pas bien serré le frein à main!DSCN3983 (800x600)

Quand même le Japon, c’est beau!DSCN3985 (800x600)

Une fois arrivés de l’autre coté, on a une bonne étape devant nous, on attaque pleins de fougue. Normalement on arrive sur une presqu’île toute plate. Il doit y avoir erreur parce qu’on attaque par une montée qui fait mal aux cuisses parce qu’on est à froid et que c’est encore un peu le matin!

Au bout d’un moment ça se calme et on peut apprécier la vue. Il y a 20 minutes on était au niveau de la mer!

DSCN3990 (800x600)

ça monte encore un peu mais il y a des palmiers alors ça passe!DSCN3991 (800x600)

Une descente qui fait changer la couleur des disques de freins plus tard, on est enfin au bord de la mer, sur une piste cyclable et à plat!DSCN3995 (800x600)

On arrive dans une région envahie par des hordes de surfeurs qui semblent vivre dans leurs vans et passer la journée à infuser en attendant la vague.DSCN4005 (800x600)

On arrive dans un super camping à Hamamatsu, pas cher où on est presque tous seuls et où il y a des douches!!! Bon j’ai trop joué à faire des photos pourries de miroirs les long de la route et j’ai plus de batterie pour vous le montrer mais c’était carrément bien! sur un espèce de polder, encerclé par la mer un carré d’herbe très bien entretenu et pour seulement 800Y! Il n’est pas tard quand on s’installe, on en profite pour faire une méga lessive et s’offrir une bonne nuit de sommeil réparateur. 

Hamamatsu – Yoshida : 90 km

Le Japon, dans pleins d’endroits, ça sent la poissonnerie avariée. Et quand au réveil on passe vers ce genre de restaurant, je regrette de pas pouvoir faire des photos olfactives pour vous faire réaliser mon calvaire!DSCN4015 (800x600)Le grand soleil et la brise qui l’accompagne font sortir les futons sur les balcons.
DSCN4019 (800x600)

Dans cette partie du Japon, on fait pousser des pastèques hors de prix, des fraises et des tomates sous serres et bien sur du riz, comme partout et les champs se mêlent aux villes ce qui donne une impression de village agricole continue le long de la route.
DSCN4022 (800x600)

On retrouve notre piste cyclable le long de l’océan et en prime nos premières éoliennes du Japon! Séance photo obligatoire!DSCN4031 (800x600)

KAWAIIIII!!! (ça veut dire « Amélie Poulain » en Japonais)DSCN4051 (800x600)

DSCN4055 (600x800)

La piste cyclable se fait un peu engloutir par la dune (pour une fois que c’est pas par la végétation) et des fois c’est carrément Paris Dakar! La plupart du temps ça passe parce que j’ai les cuisses de Chuck Norris et qu’avec tant de puissance on fait des tranchées en mode bulldozer, mais cette fois, on part en glissade et ça faillit mal finir. Heureusement, on sort les pieds pour stabiliser (ce qui normalement se finit avec au moins une cheville ou un genou en vrac) mais notre superbe vélo ainsi équipé de 4 pattes retrouve son cap et son équilibre. On finit quand même à pieds parce qu’il y a épais de sable!DSCN4069 (600x800)

Sur des km on longe la mer, et avec ce soleil, j’ai pleins de photos à vous faire partager!DSCN4075 (800x600)

En prenant la photo ci dessus, ça me fait penser que la photo ci dessous pourrait être soumise au tumblr jambes ou saucisses (hot dog legs à voir ici si vous avez 5 minutes à perdre)DSCN4076 (800x600)

Au bout d’un moment, bonne blague de la piste cyclable, on a du louper un truc!DSCN4082 (800x600)

Ah c’est bon j’ai retrouvé la piste ! Mais je crois que ça va pas être possible…DSCN4083 (600x800)

Et en arrière, c’est pire!DSCN4084 (600x800)

Bon, il nous reste à aller explorer par là, en espérant que ça débouche quelque part parce qu’on en a fait de la distance en longeant la mer et on ne voudrait pas tout refaire à l’envers!DSCN4085 (600x800)

On retrouve la route des voiture pour un passage de pont Robocop qui surveille les tsunami (j’imagine)

DSCN4091 (800x600)

Plus loin un temple au milieu des rizières, pour prière urgente!DSCN4090 (800x600)

Encore un passage de pont que nous devons faire sur la route des voiture alors nous coupons à travers champs pour retrouver la route, attention à ne pas tomber! Le pilote est serein.DSCN4095 (800x600)

Il est temps de s’arrêter pour déjeuner et il faut absolument se mettre à l’abri de ce soleil de plomb. Le premier coin d’ombre fera l’affaire, même si c’est le coin des poubelles derrière la supérette.DSCN4103 (800x600)

Bon ap’ on mange des trucs chelou! (ceci est un pâté à la viande, pas trop bon, mais pas trop mauvais)DSCN4104 (800x600)

En ce plat pays, on voit des structures étranges Stéphane me dit que c’est des abris en cas de tsunami, en gros comme sur le gois de Noirmoutier mais pour plus de bonhommes!
DSCN4107 (800x600)

Encore des éoliennes!! Yeah!!DSCN4119 (800x600)

Et pendant ce temps là, je deviens progressivement folle parce que ces abrutis de moustiques s’entête à me piquer tous au même endroit et je ne retrouve plus ma malléole dans ce chou fleur qui me sert de cheville (Au moment où j’écris l’article, une bonne semaine plus tard, j’ai toujours les traces des ces piqûres… ils sont féroces les bougres!)DSCN4129 (800x600)

On avance bigrement bien sur cette partie toute plate! je redoutais de ne pas atteindre la pointe et finalement on ira bien plus loin ce jour là!DSCN4140 (800x600) Après avoir longé la mer, on longe les serre sur des km. DSCN4154 (800x600)

En arrivant au camping pour le soir, on réalise qu’il est fermé parce que nous ne sommes plus en saison (juillet-août) ni le week end… Il va falloir trouver un plan B.

On est au bord de la mer, grande plage de sable mais plus ou moins en ville. Il reste de la saison de grande structures qui forment un plancher sur la plage, sur deux étages. Visiblement en court de démontage. On attend que les ouvriers quittent la zone pour aller s’installer à l’étage poser la tente. On assiste à un lever de pleine lune magnifique sur l’océan, qui ne rend rien du tout en photo. Plein de gens viennent profiter du spectacle à la plage et on se demande quand on va pouvoir se doucher tranquillement. Au matin on dégage le plus vite possible car les ouvriers commencent à débarquer dès 6h et celui qui remarque notre tente vient nous expliquer sur un ton de japonais énervé qu’on a rien à faire ici… je crois que ce jour là on sera en selle avant 7h!

Mais ça valait la peine, quelle vue au réveil!

DSCN4163 (800x600) DSCN4166 (800x600)

Yoshida – Toi : 48 km

Après une pause juste assez loin pour petit déjeuner, je réclame un stop obligatoire pour aller faire pipi dans un super marché et là je suis obligée de vous montrer le tableau de bord!

DSCN4168 (800x600)

Le paysage se refait un peu plus montagneux et les jambes douloureuses.DSCN4173 (800x600)

La route passe au milieu de la mer, normal quand sur terre il y a trop de montagnes!DSCN4178 (800x600)

Encore quelques blagues de la piste cyclable… JL les trouve de moins en moins drôles.DSCN4183 (800x600)

Dans notre fine et constante étude des cartes, nous avons repéré une liaison ferry qui nous évite une section montagneuse et dépourvue d’hébergement, on est bien content de pouvoir tricher un peu! Suite à la grosse performance de la veille on arrive tôt au terminal de ferry et faute de trouver de connexion internet, on se paie une bonne sieste!

DSCN4185 (800x600)

Au moment d’embarquer, on se fait une session photo avec des touristes, on en vient à penser que si on faisait payer 100Y la photo, on ne râlerait plus après les hébergements qu’on trouve si cher… Mais ce serait complètement à l’opposé de notre rôle de distributeur de bonheur au pays des bisounours alors tant pis!DSCN4186 (800x600)

Au bout de la jetée, on voit de loin le mont Fuji, impressionnant et majestueux. On le verra (presque) mieux pendant la traversée.DSCN4188 (800x600)

Google translate et faute de frappe, un cocktail qui nous fait bien marrer!DSCN4198 (600x800)

On comprend mieux d’où peuvent venir les idées de château dans le ciel dans les dessins animés japonais.DSCN4203 (800x600) DSCN4206 (800x600)En débarquant du bateau, on trouve à moins de 500m un petit camping tenu par un retraité super sympa qui a mis des douches dans son camping! on lui dit que c’est une très très bonne idée et on file se laver!

Stéphane réalise qu’on a un rayon de la roue arrière qui est cassé et il n’est pas tranquille parce qu’on s’attaque à une région un peu montagneuse. Il fait le tour des magasins de vélo du coin pour essayer de trouver mais sur notre vélo-fusée, même les rayons sont compliqués à trouver… On commence à regretter de ne pas en avoir d’avance. Surtout que les magasins de vélos du coin semblent être tenus par des chinois vieux bonshommes et leur stock, constitué de vieux vélos rouillés qui s’emmêlent dans de vieux garages. On essaie alors de se rassurer en se disant que le rayon est peut être cassé depuis longtemps et si on ne l’a pas remarqué c’est que ça tient bien sans… (oui, on fait comme on peut).

Toi – Imaihama : 54 km

Au matin on s’attaque à la montagne et on est satisfaits de voir qu’on grimpe comme des maillots à pois.

On s’autorise une pause tourisme au lovers cape, un endroit joli qui surplombe la mer et vendu comme haut lieu du romantisme à la japonaise, on a kiffé!

DSCN4209 (800x600) DSCN4211 (800x600)

On se lance dans la balade obligatoire vers la golden bell et encore plus loin, la love bell. En chemin on croise des fourmis qui transportent un frelon entier et l’ingénieur en génie logistique qui sommeille en Stéphane nous oblige à regarder l’opération pendant 5 minutes en se demandant comment elle comptaient le faire rentrer dans la fourmilière… mais on a pas eu la réponse parce qu’elles se traînent les fourmis!DSCN4219 (800x600)

Voila enfin la gold bell, qui n’est pas du tout en or mais depuis laquelle on aperçoit le Fuji!

DSCN4221 (600x800)

Un peu partout on voit ces jolies fleurs rouges et je me demande si Mamie en a déja vu et si elle sait ce que c’est?DSCN4229 (800x600)

Quelques marches plus loin, la voila, la lovers bell qu’on a sonné parce qu’on est des lovers!DSCN4230 (600x800) DSCN4240 (800x600)

Il est temps de remonter, la montagne nous appelle et on n’est pas d’ici.DSCN4242 (600x800)

En remontant, encore un arrêt science naturelle, la plus grosse chenille du monde nous barre la route!DSCN4244 (800x600)

Faut dire aussi il ya les plus grosses et les plus moches araignées du monde ici!DSCN4245 (800x600)

Dernière photo à lovers capeDSCN4248 (800x600)

En fait la vraie dernière c’est celle là, parce que c’est rock n rollDSCN4249 (800x600)

On reprend la route : montée, tunnel, descente c’est le rythme qui se répète et on a encore des vues de dingues.DSCN4253 (800x600) DSCN4256 (800x600)

Au bout d’un moment on décroche de la côte pour prendre une route-raccourci qui doit nous éviter quelques heures de grosse montagne (si j’ai bien lu la carte, j’espère que je me suis pas plantée sinon je vais me faire trucider!)

Au début c’est un petit bonheur, tout plat longeant une rivière et les rizières. Mais il faut pas que ce soit plat trop longtemps parce que ça va monter et plus ça commence tard, plus la montée sera raide!DSCN4268 (800x600)

ça y est la montée commence et les virages s’enchaînent. La pente est gérable mais on guette l’arrivée du tunnel!DSCN4272 (800x600)

On traverse des petits villages où les gens semble ne pas croiser souvent des non-asiatique ou non-japonais, on est scrutés!

DSCN4276 (800x600)

Au bout d’un moment le tunnel arrive et la descente s’amorce, et quelle descente! on est bien contents de pas avoir à faire la route dans l’autre sens! en 3 km on descend ce qu’on a monté en 15 et on retrouve le niveau de la mer. On s’est assurés à l’aide un bureau d’information que le camping que l’on vise est ouvert et réservé une place. Il faut bien guetter la route qui y mène car c’est une toute petite route. Je compte les intersections et on s’arrete pris d’un doute au bord d’une toute petite route qui part presque verticale dans la montagne. En regardant de plus pres on aperçoit un panneau écrit à la main indiquant camping en japonais et un type dans sa voiture garée au coin nous confirme que le camping c’est par là et qu’il faut le suivre. On est époustouflés, le gérant du camping est venu nous attendre là et il nous a tout de suite reconnus grâce au coup de fil du bureau d’info et il nous guide jusqu’au camping et nous fait même une réduction! Et comble du bonheur, à l’arrivée il y a des douches! Par contre, il y a aussi des hordes de moustiques et on mange le plus vite possible pour aller se réfugier dans la tente et dormir car la journée a été physique même si le raccourci a été un succès.

il fait pas froid du tout, on cache au max notre peau mais on finira (surtout moi) plein de nouvelles piqûres quand même!DSCN4278 (800x600)

Imaihama – Odawara : 72 km

Journée marathon pour atteindre le prochain camping sur la carte. On compte les cycles montée – tunnel – descente et on perd le fil vers 11 ou 12… Le moins marrant de cette journée c’est qu’on est a la fin d’un long week end et qu’on est sur al route entre Tokyo et plein de belles plages alors c’est blindé de monde donc pas toujours très agréable. Du coup, pas de photo de la journée. Si quelqu’un veut tracer le profil d’élévation sur la route 136 dans ce coin là (google earth, mon ami), vous verrez par quoi on est passés!

Une fois arrivée dans un camping -club de plongée on se fait une petite balade du soir et on dîne sur la plage, on est pas mal!

DSCN4279 (800x600) DSCN4280 (800x600) DSCN4281 (800x600) DSCN4283 (600x800) Les tokyoites sont dans les bouchons et on est sous la tente!DSCN4284 (800x600)

Odawara – Kanazawa : 60 km

Au matin, le Pacifique nous offre encore un chouette lever de soleil, ça a du bon de se lever tôt!DSCN4287 (800x600)

Avec mes cuisses de Chuck Norris, et nos stratégies machiavéliques, nous avons 3 jours d’avances sur notre planning et nous risquons d’arriver à Tokyo bien avant notre réservation d’hostel. Il faut absolument corriger notre réservation pour avoir un point de chute dans la capitale. Nous ouvrons nos yeux de lynx et repérons un wifi spot dans une supérette. Sortons le PC et découvrons quelques mails affolés suite au typhon. Vite il faut rassurer les mamans (et les papas) pour qu’elles puissent retrouver le sommeil : allo l’Europe, ici l’Asie et tout va bien! Une fois que c’est fait, on reprend la route parce que la photocopieuse du 7 – eleven n’est pas des plus confortable.

DSCN4289 (800x600)

On reprend notre route qui longe toujours l’océan et les vagues nous offrent un sacré spectacleDSCN4291 (800x600)

Au passage d’un pont, une nuée de wind surfeurs (véliplanchistes en français) profitent de l’estuaireDSCN4296 (800x600)

En dehors des estuaires, la mode est plutôt au surf et plus on approche de Tokyo, plus il y en a!DSCN4300 (800x600)

Sur ce trottoir, j’ai cru que Stéphane allait péter un câble à cause des plot béton qui nous regardent comme une armée de petit envahisseurs immobiles mais bien hostiles!DSCN4303 (800x600)

En début d’après midi on arrive dans notre ville étape du jour et on commence à demander la direction du camping. Les gens nous répondent sans hésitation, c’est bon signe, il existe et est surement encore en activité. On finit par le trouver au milieu d’un parc complètement inaccessible autrement qu’à pied alors il nous faut décharger le vélo pour le porter au dessus des arceaux. En arrivant à l’accueil, les réceptionnistes essaient de nous faire comprendre que le camping est fermé et qu’il ne font que louer des BBQ qu’ils ferment dans 20 minutes et qu’on peut aller voir ailleurs. Mais on ne peut pas laisser passer ça, il y a une pelouse, des toilettes et accès à l’eau. soulignons qu’on est maintenant dans une jungle urbaine continue avec l’agglo de Tokyo donc il serait vraiment compliquer de trouver un endroit discret pour camper sauvagement!

Je sors alors mon arme ultime : le regard triste type chat potté de shrek et explique qu’on voyage à vélo et que la nuit tombe et que vous comprenez qu’on doit rester ici!

Et ça marche!! on plante la tente et on improvise une douche dans les toilettes publiques (encore un instant pure beauté glamour digne d’une pub tahiti douche)

Comme à notre habitude, on est couchés à 19h dès qu’il fait nuit sauf que ce soir là c’est la pluie qui commence et qui ne s’arrêtera pas de la nuit faisant un boucan d’enfer. Heureusement c’est une petite pluie gentille, pas un gros typhon et la tente tiens le coup facile.

Kanazawa – Tokyo : 54 km

Ce matin on se lève un peu crevés de la nuit sans trop de sommeil et on se prépare à une cinquantaine de km en ville avec pour but de trouver notre auberge dans le sac de nœuds qu’est chaque grosse ville.

Au fur et à mesure qu’on avance, les building se font de plus en plus grand et le paysage se modernise.

DSCN4309 (800x600)

On approche, km après km de Tokyo et on passe à Kawazaki!

DSCN4312 (800x600)

Au passage, photo avec la tour Eiffel locale : (et oui je suis capable d’assurer simultanément guidage en ville sur carte japonaise et photo, que voulez vous, c’est ce qu’on appelle la classe)

DSCN4321 (600x800)

Passage à coté d’Ueno parc, point de repère bien pratique pour moi : grand parc au beau milieu de la ville, le central parc local quoi.DSCN4330 (600x800)

On arrive à l’auberge lessivés vers 14h sans déjeuner parce qu’on va pas faire une pause si près du but et je suis en mode « j’ai-tout-donné-dans-le-guidage-il-est-où-mon-lit? » Stéphane assure donc le pic nique et le pliage du vélo pour le garer devant l’auberge.

Ça y est on a fini le vélo au Japon, nous allons passer maintenant plus d’une semaine à Tokyo pour profiter, récupérer, trouver enfin des rayons pour notre vélo qui a tenu (ouf!!) et tenter d’obtenir les visa chinois et vietnamien… on a du boulot! Mais d’abord, on a des places pour la finale du championnat de sumos alors je file!

Cet article a été publié dans 08 - Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour De Kyoto à Tokyo : un typhon et plus de 600km de côte Pacifique

  1. Vince dit :

    J’ai du retard mais une petite fille et la saison des pommes et la reprise de l’impro ne laisse pas tant de temps pour lire les mails (et vu la longueur des vôtre, ça aide pas !)
    Merci pour les photos, on se croirait en Floride ou en Californie des fois, je ne m’attendais pas à ces paysages !
    Sinon, j’ai réalisé seulement à votre arrivée dans Tokyo que vous rouliez à gauche, pas trop compliqué ?
    Et pourquoi plus de camping en Asie ?

    A bientôt les loulous.

    • Pas de problème c’est ça qui est beau avec la magie d’internet, vous pouvez nous lire quand vous êtes dispo et vivre notre voyage à votre rythme! gros bisoux à Noémie et à Anne, courage pour les pommes et vive l’impro! je vois que votre vie est bien chargée, on a adoré se faire un diaporama avec vos deux derniers mois de photos, surtout continuez et n’oubliez pas de nous les envoyer! bisoux les copains!

  2. elisabeth Meyer dit :

    Bonjour Stéphane et Manue, je suis Elisabeth la maman de Grégory Meyer qui vient enfin de me donner le lien de votre blog,donc je viens de visionner 3 h non stop de votre fol voyage c’est totalement ahurissant , étourdissant, passionnant décoiffant drôle. J’ai beau avoir des enfants qui sont aussi des pigeons voyageurs j’avoue que s’ils m’avaient parlé d’un tel projet je les aurais traités de « doux dingues » et je reste polie
    Je me suis régalée devant les couchers de soleil , eu froid sous la pluie, ébahie devant les superbes paysages, en suée quand il fallait démonter le « monstre » et tutti tutti.
    Merci pour ce voyage par procuration et pour votre humour qui m’a vallu quelques fous rires
    Je pars demain pour 1 mois en Thaïlande rejoindre Pierre Sev et Max et j’espère que ce sera moins mouvementé .
    je vous souhaite une belle et joyeuse suite à vos aventures
    je vous félicite pour votre endurance et votre ténacité
    bisous bisous
    p.s. au fait, tu as combien de surnom ?

    • Quel feignant ce greg, attendre 4 mois pour donner un lien … Cette aventure peut paraitre un brin taree, mais notre science du planning (ou de l’improvisation, c’est selon) nous permet de gerer toutes circonstances avec une belle facilite et self controle (sauf avec les controleurs japonais, a qui on aurait bien mis des baffes).
      J’ai pas tant de surnoms, mais il est vrai que peu de personnes m’appellent par mon vrai prenom (et surtout pas les japonais, ou tomasss est de rigueur…).
      Ou est ce qu’il habite en thailande pierre?
      Stephane

  3. Meyer Claude dit :

    Vraiment très intéressant ce voyage ,bravo pour votre bravoure !!!
    Claude Meyer

  4. Amel dit :

    Super article que j’ai lu avec avidité (dans le tram, à la sortie du travail hein, parce qu’avec vos tartines, on va m’accuser de pas bosser encore😉 )
    Que d’aventures au Japon, contente de voir que vous avez toujours la pêche. Vous restez de grands malades, mais je vous aime bien quand même…
    C’est bizarre manue, à part les pâtés bizarres à je ne sais trop quoi, on a pas de retour sur les spécialités culinaires du pays : quand testes-tu les sushis, sachimis et autres douceurs? il faut s’investir pour son public!
    bises les cocos

  5. vançon elisabeth et Philippe dit :

    on est heureux d’avoir enfin de vos nouvelles… que l’on attendait avec impatience. Reposez vous bien et envoyez nous encore plein de belles photos. bisous.

  6. Dad & Momo dit :

    Mamie m’a dit que les fleurs s’appelaient : 彼岸花、ヒガンバナ ou マンジュシャゲ et quelles ne sont pas du tout de la famille des « amphidasis bétularias de toute beauté » .

    Bisous

  7. Maman dit :

    Heureusement que les 7/11 existent nous étions à deux doigts d’envoyer l’armée, les aliens, et tous les membres de l’ambassade française à votre recherche.
    Le Japon c’est bien sans les typhons.
    En Chine il y a quoi ? a part la grippe aviaire et les chinois bien sûr.
    Juste pour savoir quels dispositions il faut prendre pour vous retrouver.
    Maman
    (inquiète que se demande s’il ne faut pas rejoindre ses petits canards qui ont pris leur envole trop vite.)
    Bisous continuer de nous envoyer tous ces rêves et ces belles images
    Faites provision de souvenirs.

  8. Bruno Tailfer dit :

    Bravo à vous deux. Je me régale avec vos récits toujours très marrants.
    J’ai hâte de lire la suite.
    Embrassez Sylvie Martin de ma part
    Bises
    Bruno
    ps : Mamouchka va bien

  9. elo des iles dit :

    1.Même question que sur fb : lors ce tableau de bord?
    2. »merde, ton frère aussi est roux » « il a sa barbe qui est rousse » « que des roux dans cette famille !  » (merci de ton intervention mon chéri)
    3.ah et faudra nous donner les dates de la Nouvelle Zélande…
    4.vous nous avez manquez tout ce temps sans nouvelles, merci pour vos récits et vos photos. 5.pour les moustiques je pourrais vous faire envoyer un super produit pas toxique Hyper efficace de chez nous, mais il me faut une adresse…
    la bise

    • 1. meme quand je l aurai essaye je ne vous dirai rien, je peux pas tout faire pour les feignants qui voyagent par procuration!
      2. Xavier, je me suis fait la meme reflexion j ai juste pas ose insister publiquement… entre bruns on se soutient
      3. pour l instant la plannif nous dit que c est pour dans longtemps
      4. merci pour les commentaires qui nous montrent qu on est pas oublies pendant quon est loin
      5. la prochaine adresse fiable c est « stephane et manue, tandem rouge, chine ». tu crois que ca arrivera vite?

      bisoux les insulaires
      Manue

  10. Philippe Barrau dit :

    Encore une fois excellent🙂 Merci pour le récit. Bon séjour à Tokyo !

  11. Mum dit :

    Comme d’habitude vos photos sont magnifiques et les commentaires me ravissent.
    J’adore la photo avec le tableau noir, et les autres photos aussi. Continuez vos aventures et vos récits. Quel plaisir!
    Je vous embrasse très fort.

  12. thérèse giacomelli dit :

    plus de nouvelles je pensais que ma connection ne fonctionné plus ,cela valait la peine d’attendre ,je suis admirative ,ce lever du soleil extraordinaire , bon repos cette semaine et faites moi encore rêver

  13. Babeth dit :

    Enfin des nouvelles…! On commençait à se demander ce que vous deveniez, au pays du soleil levant. Le bien nommé, puisque, apparemment, les levers de soleil valent le jus! Personnellement, je suis plus habituée aux couchers… Que d’aventures! Décidément, ce voyage ne ressemble pas à un long fleuve tranquille, mais il vous laissera des souvenirs!
    Profitez bien de cette semaine plus relax, et continuez de nous raconter. On est accro!

  14. LeBonGé dit :

    Hébé. Essoufflant ce coup ci votre histoire. Le Japon aurait mérité un séjour à lui tout seul. Bravo encore et merci de votre prose rigolote. On l’a attendu, mais elle est bien. Je suis allé perdre mon temps sur le site des saucisses ….. comment faites vous pour trouver de genre de chose ?

  15. Rafou dit :

    7-eleven, tu manges mais tu sais pas ce que c’est, il y a un petit goût de chez moi dans votre voyage au Japon.
    Vous y étiez pile en même temps que le Chu-Suk (Thanksgiving coréen). J’ai plein de collègues qui sont allés à Tokyo. Malheureusement je n’ai pas venir car je n’avais pas encore mon Alien Card (carte de séjour coréenne), ce qui veut dire que si je sortais du pays je ne pouvais plus y rentrer…
    Bisous à tous les 2

  16. TQF dit :

    moi je dis bravo… et merci d’avoir affronté toutes ces épreuves pour me fournir un nouvel épisode de mon feuilleton préféré que j’ai dégusté pendant mon petit-déjeuner dominical. j’adore la photo avec le tableau noir (vert). je vois que la NZ est au programme, j’aurai peut-être des adresses pour vous. bisous

  17. Pierre Gouchet dit :

    Je vous envie ! Profitez pour moi !

    Gros bisous aux nippons (nimofé d’ailleurs), et à vous deux😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s