Traversée de la mer du Japon avec un typhon

Le jour de notre embarquement sur le bateau pour le Japon, on se lève à l’aube (8h) pour quitter notre maison d’accueil de Vladivostok. On refait les bagages puis on récupère notre tandem au parking-terrain vague. Direction le terminal ferry et là on fait les malins, plutôt que de faire tout le tour par l’intérieur du bâtiment, on repère le lieu de passage pour monter à bord et on va poser le vélo. Manue garde le vélo pendant que Stéphane va vérifier avec la compagnie de ferry qu’on peut passer au check-in et récupérer le vélo au dernier moment.

DSCN3567 (800x600)

Alors là, on fait paniquer tout le monde, il faut pas rester ici, c’est une zone sous douane, tous les bagages doivent passer le contrôle sécurité, y compris le vélo. Et là commence une grosse galère. On commence par manger un hot dog pour avoir des forces. Il faut contourner le bâtiment et rentrer dans un petit couloir avec un escalier (démonte les bagages, porte les 6 sacoches + casques + sac à dos, revient à deux porter le vélo…) on attend un peu et il faut passer au contrôle rayon X (comme dans un aéroport) tu donnes ton passeport et en même temps tu mets les sacoches sur le tapis roulant et tu tiens le vélo pour pas qu’il se casse la binette en évitant d’éborgner la mamie japonaise qui tient pas debout sans sa canne mais qui te passe devant quand même. Arrive ensuite le contrôle douane où il faut passer une personne à la fois entre deux barrières avec un portillon à l’entrée et à la sortie (environ 2m soit carrément relou avec un vélo de plus de 3m) tu donnes ton passeport et tu peux plus sortir le vélo parce que les portillons sont posés à l’envers et qu’il y a un angle juste à la sortie. Stéphane me donne un coup de main à manœuvrer mais se fait rappeler à l’ordre, il doit rester entre les deux portillons pendant que la douanière vérifie son passeport! Ouf on a passé les contrôles, il ne reste plus … qu’à prendre les escaliers, les couloirs avec des coudes dans tous les sens pour sortir du bâtiments et se retrouver au pied du bateau, là même où on était en début de matinée. Ils ont maintenant quelques trous dans les murs, mais ils l’ont bien cherché!

A pied du bateau le vélo est pris en charge par des « gros bras » coréens qui se marrent pas à le monter par la passerelle branlante. après tous ces efforts, on est à bord avec tous nos bagages et le vélo!

DSCN3571 (600x800)

On peut aller faire le tour du pont supérieur et visiter un peu.

DSCN3579 (800x600)

On est prêts à quitter Владивосток!DSCN3588 (800x600) DSCN3583 (800x600)

Me demandez pas pourquoi ils ont mis un squelette de dinosaure orange, est-ce de l’art russe? coréen? japonais? On en reste cois.

On retrouve juste en bas les travaux de fixation de tractopelle, toujours aussi passionnant!

DSCN3585 (800x600)

Big up à Mister sexy worker qui se prend pour une pub coca light de la grande époque, la trace de bronzage en plus!DSCN3591 (800x600)

Le bateau démarre on va partir. Je tiens à préciser que notre but est de voyager le plus loin possible sans avion, parce que c’est cool et aussi parce que les avions, ça consomme beaucoup de carburant, c’est polluant vous comprenez alors que les trains et les bateaux c’est bien plus fleur bleue, la preuve en image:DSCN3596 (800x600)

On peut maintenant penser à se faire une bonne sieste en attendant que ça se passe. Au passage on remarque que Google translate ne fait pas toujours du bien et on espère que le papier ne jettera pas les toilettes trop loin!

DSCN3621 (800x600)

La première nuit se passe calmement, la météo à bord l’avait bien annoncé :

DSCN3574 (800x600)

On se fait réveiller par les annonces micro pour l’ouverture du petit dej du resto en plein de langue qu’on ne comprend pas, tout à l’air de chinois mais des fois à la fin il y a « spaciba » donc en fait c’était du russe ou « thank you » donc c’était de l’anglais mais prononcé par l’équipage coréen, c’est de la soupe de noodles.

Quand le téléphone de notre chambre sonne pour demander Mister Thomas, on se dit qu’il y a peut être un problème. à la réception, on nous explique qu’il faut virer nos bagages pour le ménage et de toute façon on change de chambre pour la deuxième nuit. On a toujours pas compris pourquoi. On constate qu’on est au port de Donghae, pour l’escale alors on file sur le pont supérieur pour prendre un petit dej et quelques photos mais en fait c’est très moche, comme une zone portuaire, en plus moche.

DSCN3610 (800x600)

Au bout d’un moment il n’y a plus personne dehors, juste nous deux et le seul autre passager français. On a à peine le temps de se demander si on aurait pas loupé une annonce micro en soupe de noodle qu’une hôtesse nous fait signe de rappliquer fissa. On nous explique qu’il faut obligatoirement descendre du bateau pendant l’escale pour permettre le ménage  sans traîner dans les pattes de l’équipage. On était pas prévenus, on n’a pas rempli les fiches d’immigration coréennes. On descend du bateau en débattant sur le contenu des petites cases « venez vous en Corée dans le but de commettre des attentats avec un arme bactériologique ? » adresse et occupation c’est obligatoire? Au passage on fait signe à l’équipage qui est en train de débarquer le tandem que non, non et non! il va au japon et il doit absolument rester sur le bateau! (grand sourire, le mec se plie en deux, arigato!)

Avant d’arriver dans le passenger terminal, une coréenne nous fait signe que si on veut, on peut rester à bord (il faudrait savoir) et elle nous ramène sur le bateau (nous, on avait surtout peur qu’il nous colle une taxe de terminal alors qu’on a juste 1000 rouble en poche et que même sur le bateau ils ne veulent pas des roubles tellement ils trouvent que c’est une monnaie pourrite) Nous voila donc entre français à papoter toute la journée en évitant d’aller s’ennuyer dans la zone portuaire la plus moche du monde.

En fin d’après midi on reprend le large pour le japon cette fois et on remarque que la carte météo a changé, on prévoit de la pluie à l’arrivée à Sakaiminato et 4 m de vague entre temps… Vers 19h on commence à entendre des bruit de japonnais vomissant (déjà qu’ils sont très bruyants à base de « slurp » quand ils mangent une soupe, je vous laisse imaginer leur bande son quand ils ont le mal de mer). La nuit sera plutôt très agitée mais on arrive sans encombre au port de Sakaiminato où on redoute le passage de la sécurité mais qui sera beaucoup plus simple, sans escaliers et sans couloirs!

En papotant avec Laurent, l’autre français du bateau, on apprend qu’il se rend à Yonago (comme nous) et qu’il a repéré l’hôtel le moins cher de la ville, on s’empresse de noter le nom et l’adresse de l’hôtel parce que vu le temps, c’est pas une mauvaise idée de se mettre au sec. On pédale une 15aine de km et on commence à chercher du cash parce qu’on sait que les cartes étrangères passent pas toujours chez les commerçants. Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’elles ne passent pas non plus dans les cash machines (oups!) Après avoir essayé plusieurs banques où personne ne parle vraiment anglais, tout le monde se plie en deux quand on entre alors qu’on a l’air de réfugiés politiques vu la pluie qu’on se prend… on finit par apprendre que peut être ça fonctionnerait au bureau de poste qui se trouve à coté de la gare et donc en face de notre futur hôtel! On reprend espoir et on se dirige vers le centre ville de Yonago. On se guide comme on peut avec des panneaux écrits en pattes de mouches, heureusement les routes sont numérotées. Au détour d’un carrefour et d’un changement d’avis du GPS (Guidage au Pif Sépasurkonariv) ce qui devait arriver arriva : freinage d’urgence dans un virage déjà entamé sur un trottoir en espèce de carrelage : c’est la chute! Stéphane fait du Screugneugneu mais on s’en sort avec juste un bleu chacun sur la fesse gauche. On repart et on trouve le bureau de poste, on arrive à prendre du liquide et on va se caler à l’hôtel. Dans la soirée, on décide que vu le temps annoncé pour le lendemain une journée de repos ne nous fera pas de mal et on relance d’une nuit.

Cet article a été publié dans 07 - Russie, 08 - Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Traversée de la mer du Japon avec un typhon

  1. Meyer dit :

    Bonjour Stéphane, c’est Pierre, le frère de Greg. Je voulais juste vous dire bravo ou plutôt :BRAVO!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Maman dit :

    vous pouvez rester jusqu’en 2020 pour les prochains jeux olympiques qui seront à Tokyo !!!!

  3. Maman dit :

    Moi je veux un article sur les toilettes japonaises parce que vu par vous je pense que l’on va passer un bon moment comme avec tous les articles que vous nous faites.
    Bisous
    Annie

  4. Vincent dit :

    Et le Typhon et le tremblement de terre, ils sont où dans tous ça ?
    Bon il n’y a pas eu de Tsunami, mais quand même !

  5. Free dit :

    Bonjour, Quand vous allez en Chine? Combien d temps vous allez rester? Et vous allez dans quelles régions? Je vais essayer de contacter mes amis pour vous aider.

    Yuying

    • Salut Yuying!
      apres avoir pris beaucoup de pluie au japon,on ne sait plus trop si on va suivre notre plan de depart qui etait de se rendre en chine par un bateau pour tianjin puis de pedaler jusque beijin. nous reflechissons a ca ces jours ci et donnerons plus de detail bientot!
      Gros bisoux

  6. Elo des iles dit :

    on adore ! alligator !

  7. Mum dit :

    Bien dit TQF! Et je dirais même plus c’est très energetigene de vous lire! Continuez!
    Grobiz

  8. Rafou dit :

    Je sais que vous y êtes passé il y a quelques temps maintenant, mais vous n’étiez vraiment pas loin de mon nouveau chez moi!
    Bisous

  9. latantequifuit dit :

    je vais me répéter encore une fois : quel régal de lire vos aventures, c’est vraiment dépaysant (ou des paysans, selon le cas) et réjouissant! bisous et courbettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s